Rénovation de parquet très abîmé

Différente de l’entretien, la rénovation de parquet est une opération qui consiste à remettre en état un parquet ancien ou très abimé, qu’il soit en mosaïque, flottant ou en bois massif. La rénovation est plus accessible qu’une nouvelle pose, mais aussi la restauration d’un vieux parquet usé est plus intéressante. Les résultats obtenus avec des matériaux anciens sont toujours plus intéressants et apporte une chaleur et une ambiance authentique que les nouveaux matériaux ne possèdent pas. Un parquet très abimé est parsemé de tête de clous, de trous et d’éclats qu’il faut reboucher. Il s’agit d’une étape essentielle dans la rénovation d’un parquet ancien et abimé.

Préparation du parquet

Avant d’entreprendre tous travaux de restauration de parquet, il est nécessaire de vider la pièce de ses meubles pour une meilleure préparation. L’une des premières étapes de la rénovation d’un parquet très abimé consiste à diagnostiquer l’ensemble du revêtement de sol. Cette opération est requise pour repérer tous les défauts du parquet et de procéder au changement des lames si besoin est. Si certaines lames du parquet est en mauvais état, il est préconisé de les remplacer avant de procéder au ponçage. Après ce diagnostic, les travaux de décapage et de ponçage du parquet peuvent avoir lieu.

Rénovation parquet et matériels nécessaires

En général, la rénovation de parquet abimé consiste à son ponçage. Une ponceuse à bande, une bordureuse et des bandes abrasives gros grain, grain moyen et grain fin sont nécessaires. Un aspirateur et des masques sont également requis pour aspirer les poussières et pour se protéger. La vitrification est une étape essentielle de la rénovation de parquet. Un pinceau fin, un rouleau ou un spalter est utilisé pour appliquer le vitrificateur une fois le ponçage terminé. Il est possible de choisir une finition selon les préférences : huilé, ciré ou vernis.

Refaire un parquet : ponçage

Le ponçage du parquet est capital pour décaper le revêtement de sol très abimé et pour débarrasser le parquet de toutes ses imperfections.

Pour refaire un parquet abimé, le ponçage est une étape clé, car il permet d’avoir une surface plane, lisse et propre sur le parquet ancien ou très abimé, en éliminant les anciennes finitions et les taches. Le bois est uniforme, remis à nu et prêt à recevoir la finition qui convient à votre choix.

La rénovation de parquet ancien nécessite un ponçage avec trois papiers de verre différents. Le gros grain abrasif permet de mettre le parquet à nu et d’éliminer les taches en profondeur. Le grain moyen va servir à effacer les traces de passage du gros grain. Le grain fin est réservé pour les finitions.

Entre chaque opération, il faut passer l’aspirateur. Il faut poncer le parquet dans le sens de pose des lames en commençant à poncer par un bord, sans à-coups, sans forcer, ni trop lentement, ni trop vite. Ceci, pour avoir un résultat final homogène et régulier. Dès le démarrage de la ponceuse, il faut avancer pour éviter de faire un trou sur le parquet. Pour terminer, passer une serpillière légèrement humide est préconisé pour ôter entièrement les éventuelles poussières.

Pour une meilleure finition, le produit à utiliser doit respecter la matière bois et être de la même teinte. Selon les propriétés du bois, il est parfois difficile de trouver une pâte à bois de la bonne couleur. Dans ce cas, il suffit d’utiliser la propre couleur du bois issue de la sciure générée durant l’étape de ponçage et la mélanger à de la résine spéciale. Le résultat est garanti et la couleur du bois est respectée. L’étape de la vitrification peut maintenant commencer.

 

Rénovation de parquet et vitrification

La vitrification est un procédé qui va protéger le parquet de manière durable contre l’eau, les rayures, les chocs et les taches. Elle existe en différentes finitions, satinée, mate ou brillante, est économique et facile d’entretien. Elle convient tant sur un parquet neuf qu’en rénovation de parquet ancien.

Sur la surface lisse et plane du parquet rénové, un vitrificateur est appliqué et va constituer un film imperméable et invisible sur le parquet. Il va rendre le revêtement de sol hautement résistant aux taches et à l’usure du quotidien. Le fondur va faciliter la vitrification et permet d’offrir un meilleur résultat final au parquet. Ensuite, on applique trois couches de vitrificateur sur toute la surface de la pièce à l’aide d’un spalter ou d’un rouleau, parfois d’un pinceau pour les recoins.

Différentes finitions du parquet

Aussitôt poncé, il est possible de réaliser différentes finitions sur le parquet : huilé, vernis ou ciré. La finition huilée offre un aspect traditionnel au bois. Elle est très résistante et facile d’entretien. Elle consiste à appliquer deux couches d’huile spéciale parquet en prenant bien soin d’essuyer au chiffon chaque couche toute de suite après, pour éviter les traces.

 La finition vernis ou vitrifiée est résistante même si cette finition reste moins belle que l’huile ou la cire. Il s’agit d’appliquer une première couche de vitrificateur puis de réaliser un ponçage très fin pour adoucir les défauts du vernis et de passer une deuxième couche.

La finition cirée est esthétique et naturelle. La cire propose une excellente finition et une patine d’antan. Elle est moins résistante que le vernis. Pour son application, il faut verser l’huile sur le parquet et l’étaler au balai applicateur ou au chiffon. Il faut compter 2 à 3 couches pour une bonne tenue et un beau résultat.

 

Rénover un parquet vitrifié abimé

Un parquet vitrifié est particulièrement esthétique, il est également protégé durablement contre les tâches et autres éventuelles agressions. Même s’il est vitrifié, le parquet peut s’abimer, les rayures apparaissent et il perd alors de sa brillance. Lorsque les marques du temps commencent à se manifester sur le parquet vitrifié, il convient d’envisager une rénovation. Lorsque le vitrificateur ne protège plus le parquet, un ponçage en surface doit être effectué. Pour redonner une seconde vie à un parquet vitrifié, la rénovation se fait en plusieurs étapes.

Dans le cas où le vitrificateur n’est pas usé jusqu’au bois, la rénovation du parquet est relativement simple, il suffit d’appliquer une nouvelle couche de vitrificateur.

Si l’usure est plus importante, il est indispensable de réaliser un ponçage en surface pour enlever l’ancienne couche de vernis.  Cette étape est réalisée à l’aide d’une cale à poncer ou d’un papier de verre 120 gr. Le sol est ensuite entièrement passé à l’aspirateur pour éliminer les résidus laissés par l’égrenage. Pour compléter le nettoyage du parquet, il est conseillé de passer un chiffon microfibre humide. Après avoir protégé les plinthes, le bas des murs et les tuyauteries de chauffage, une première couche de vernis est appliquée à l’aide d’un rouleau. Une deuxième couche de vernis est appliquée après 3h de séchage. Avant d’appliquer la seconde couche, le parquet est réégrené pour éliminer les petites bulles qui se sont formées lors de la première application. Le parquet est à nouveau opérationnel  après 24h.

 

Rénover un vieux parquet

Au fil des années, le parquet en bois massif peut perdre de sa brillance et être endommagé par des rayures, des tâches ou des fissures. Lorsque le parquet est trop vieux, des lames peuvent également se casser. Pour retrouver un parquet comme neuf, la rénovation est indispensable.

Rénover un vieux parquet se fait en plusieurs étapes

  • Le ponçage

Le ponçage est l’étape la plus importante d’une rénovation de parquet ancien ou abimé. Il convient de remplacer les lames cassées et d’enfoncer les clous apparents avant de réaliser le ponçage. Le parquet est ensuite poncé à l’aide d’une ponceuse à bande et d’une bordureuse pour les zones difficiles d’accès. L’opération se fait en 3 passages : gros grains abrasifs, grains moyens, et grains fins.

  • La teinte

La mise en teinte se fait sur un bois brut, le choix de la teinte se fait en fonction de l’ambiance souhaitée dans la pièce.

  • La finition

Après avoir poncé et teinté un parquet, il est possible de choisir parmi trois types de finitions : la vitrification, l’huile ou la cire. La vitrification consiste à protéger le parquet avec une couche imperméable de vernis. La cire protège le parquet en lui donnant une touche de brillant. L’huile pénètre dans les veinages du parquet, ce qui permet de le protéger et de lui donner un aspect rustique.

Avant d’appliquer la finition de votre choix, il est indispensable de protéger les plinthes et le bas des murs.

 

Rénover un parquet stratifié

Le parquet stratifié n’est pas en bois massif, il est composé de plusieurs couches de matériaux composites imitant le bois.  Seule la couche supérieure du stratifié est en bois noble.

Dans le cadre d’une rénovation, le parquet stratifié ne peut être poncé, mais il est possible d’égrener la surface supérieure pour éliminer les rayures et les anciennes finitions. Cette opération se fait à l’aide d’un papier abrasif 120. Le sol stratifié est ensuite aspiré et nettoyé au chiffon humide pour éliminer toutes les impuretés restantes.

Le parquet stratifié ne supporte pas l’excès d’humidité, il ne peut pas être nettoyé à grande eau, le sol risque de gondoler. Il est important de protéger le parquet stratifié après avoir enlevé les tâches et les rayures. Pour redonner toute sa brillance à un parquet stratifié et estomper les rayures, il convient d’appliquer une cire de protection spécifique : le polish’guard. On peut aussi avoir recours à l’huile de lin.  Les produits s’appliquent à l’aide d’un balai microfibres.

En cas de salissures ou de dégradations trop importantes, il est recommandé de remplacer le parquet stratifié.

Rénover un parquet ancien ou très abimé demande un savoir-faire, du temps et de l’énergie. Il est possible de recourir aux services d’un professionnel pour un résultat plus efficace et à la hauteur des attentes.

 

Nos pages rénovation de parquet :

Rénovation du parquet

Questions/réponses

Comment reproduire la teinte des vieux planchers ?

Pour reproduire la teinte originale des vieux planchers, il est indispensable de choisir une couleur qui met en avant les veinages du bois. Une teinture blanche cérusée offre généralement au parquet cet aspect vieilli tant recherché. La finition teintée ne peut être appliquée que sur un bois brut. Le revêtement doit être poncé à blanc s’il est déjà ciré, vitrifié ou huilé. Pour parfaire le rendu, il est possible de vitrifier le parquet après l’avoir teint. L’utilisation d’une huile spécifique permet d’obtenir l’aspect vieilli des anciens sols en bois. Au fur et à mesure des passages, l’huile patine le parquet et lui donne un design tendance et contemporain.

Comment effacer les rayures sur un parquet ?

Selon l’importance des rayures sur un plancher en bois, plusieurs astuces permettent de les éliminer ou de les camoufler. L’application régulière d’un polish au chiffon microfibre permet d’atténuer les brèches et de faire briller le revêtement. Une cire de couleur similaire à celle du revêtement peut également être utilisée pour combler les rayures présentes sur la surface. Après séchage, la partie cirée est polie avec un papier de verre.

Pour vous débarrasser des éraflures légères et peu profondes sur un parquet, utilisez un mélange d’alcool à 90° et de dissolvant, à appliquer avec un coton-tige. Les petits intestices peuvent également être effacés en frottant une noix sur la partie rayée. Les rayures les plus visibles peuvent être colmatées avec du mastic ou de la pâte à bois.

Si le sol présente des rayures trop importantes, un ponçage à blanc est indispensable. L’opération permet de retrouver un plancher parfaitement lisse et exempt de toute irrégularité. Le ponçage se fait avec une ponceuse professionnelle en 3 étapes: avec des abrasifs à gros grain, à grain moyen et à grain fin.  A l’issue de cette intervention, il est possible de choisir parmi différentes finitions pour une protection optimale contre les rayures : la vitrification, l’huile ou la cire.

Comment nettoyer un parquet abimé ?

Un plancher ancien et abimé est plus sensible aux tâches et aux rayures, il doit faire l’objet d’un entretien particulier. Si vous avez un sol en bois brut, un dépoussiérage est indispensable. Utilisez des produits non-agressifs à PH neutre ou naturels comme le savon noir. Les tâches peuvent être éliminées avec quelques gouttes de jus de citron, du bicarbonate de soude ou du savon de Marseille. Pour nettoyer un parquet ciré, aspirez la poussière de manière hebdomadaire et faite briller la surface avec de la cire liquide. Le plancher huilé se nettoie à sec avec un balai microfibre, les tâches s’estompent facilement avec du liquide vaisselle ou du talc.

Comment rénover un plancher en bois ?

Pour redonner une seconde jeunesse à votre plancher en bois, confiez sa rénovation à un parqueteur professionnel. Le ponçage est une étape indispensable, la surface est poncée en 3 fois avec des abrasifs de plus en plus fins. Avant d’être poncé, les trous et les fissures sont rebouchées, les têtes de clou proéminentes sont retirées ou enfoncées, les lames abimées sont également remplacées. Après le ponçage du plancher, il est possible de choisir parmi différentes finitions :

  • La vitrification protège le bois et le rend plus résistant à l’intensité du trafic. La finition est incolore et facile à entretenir. Il est possible de choisir un rendu mat, brillant ou satiné.
    • L’huile nourrit le bois en profondeur et le protège durablement.
    • La cire offre un rendu authentique et naturel

Seul un sol en bois massif peut faire l’objet de rénovations illimitées. Le nombre de rénovations possibles sur un parquet contrecollé dépendra de l’épaisseur de la couche d’usure.

Quel prix pour faire rénover mon parquet ? 

L’intensité des passages, la chute d’objets et les chocs en tous genres peuvent occasionner de nombreux dégâts sur un plancher en bois. Le prix de la remise en état de votre sol par un parqueteur dépendra de plusieurs critères :

  • Son état général

Le prix de la restauration est fixé selon l’origine des dommages subis par le plancher. Il sera plus élevé pour une rénovation intégrale.

  • Le type de parquet

La nature du parquet et son niveau d’usure sont pris en compte pour définir le coût de l’intervention de rénovation.

  • La surface à traiter

Le prix de la remise en état d’un parquet abimé est calculé au m², plus la surface à réparer est importante, plus le prix est élevé.

  • La finition choisie

Quelle que soit la finition choisie, le tarif de la rénovation sera calculé en fonction de la nature produit utilisé et de son coût.