Rénover un parquet ancien

La rénovation d’un parquet consiste à remettre en état un parquet abîmé. Tous les types de parquet peuvent être rénovés qu’il soit en mosaïque, flottant ou en bois massif. Nombreuses sont les raisons qui vous amènent à rénover votre parquet vieillissant, mauvaise planéité, grincements, tâches, rayures ou autres. Le parquet s’use avec les années, noirci par le temps et abîmé par les nombreux passages. A

vec une bonne rénovation, un parquet ancien peut retrouver son éclat et une seconde vie. A l’occasion de travaux de rénovation, il est fréquent de découvrir un parquet ancien caché sous une moquette ou un parquet flottant. La maison Carpentier est un professionnel reconnu dans le domaine de la rénovation parquet.

En tant que revêtement de sol, le parquet est une valeur sûre. Avec son aspect authentique, il apporte chaleur et élégance à un intérieur. Avec le temps, au fur et à mesure des passages, le parquet peut perdre de sa brillance, des rayures peuvent également apparaitre. Pour redonner un coup de jeune à un parquet ancien et abimé, une rénovation est indispensable.

La rénovation de parquet se fait en plusieurs étapes et nécessite le savoir-faire d’un professionnel  pour assurer un résultat satisfaisant. La Maison Carpentier est spécialisée dans la rénovation de tous types de parquets anciens.

Quand rénover un parquet ?

Le parquet est sollicité en permanence, il est souvent soumis aux chocs et aux rayures. Rénover un parquet ancien est nécessaire lorsque le parquet commence à présenter une mauvaise planéité ou lorsque des irrégularités sont observées au niveau des lames. Avant d’envisager une rénovation, il  convient de faire vérifier l’intégrité du bois du parquet ainsi que la solidité des lambourdes. La Maison Carpentier réalise un diagnostic complet de votre parquet avant de débuter les travaux de rénovation.

Votre parqueteur effectue un diagnostic approfondi avant de débuter les travaux. Cela lui permet de vérifier l’intégrité du bois, la planéité et le jointement des lames, la solidité des lambourdes, voire des cloisons, lorsque celles-ci sont montées après le parquet. Que vous souhaitiez rénover votre parquet en bois massif ou poser un nouveau parquet, l’aide d’un professionnel vous est indispensable pour un rendu satisfaisant. La Maison Carpentier met son expérience et sa maitrise des techniques de rénovation des parquets anciens à votre service.

Inspection et préparation du parquet

L’état du parquet doit être vérifié avant d’entreprendre une rénovation. Si le revêtement présente une ou plusieurs lames trop endommagées, il convient de les remplacer avant de commencer à rénover. Si les solives sont en bon état, la nouvelle lame de parque y est directement fixée. Les clous qui dépassent doivent être enfoncés au marteau ou au tournevis. La pièce doit être évacuée et  complètement aspirée pour être prête au ponçage.

 

Ponçage d’un parquet ancien

Rénover un parquet ancien requiert un ponçage du revêtement. A la suite du ponçage, la surface du parquet ancien et abimé devient, propre, lisse et parfaitement plane. Le ponçage est une opération de mise à nu du parquet. Refaire un parquet à l’aide du ponçage permet d’effacer toutes les imperfections, les tâches et les rayures. Le ponçage permet également d’enlever l’ancienne finition du parquet et d’appliquer une nouvelle finition au choix.

Le ponçage d’un parquet nécessite le recours à une ponceuse à parquet professionnelle. Il faut 3 passages successifs (disque abrasif à gros grains, à grains moyens, à grains fins) pour obtenir une surface lisse et uniforme. Un parquet posé à l’anglaise sera poncé dans le sens du bois. Un parquet à chevrons sera poncé en diagonale dans le sens des lames. Un parquet en mosaïque sera poncé dans le respect du sens de la lumière.

Les coins de la pièce et les endroits difficiles à atteindre sont poncés à l’aide d’une bordureuse. Après chaque passage de la ponceuse, il est recommandé d’aspirer soigneusement   la pièce. La Maison Carpentier réalise le ponçage de votre parquet dans les règles de l’art quel que soit le type de pose.

 

Les étapes d’une rénovation d’un parquet ancien

Pour un rendu optimal, une rénovation de parquet doit se faire par étapes :

  • Préparation de la pièce et du sol

La pièce doit avant tout être complètement vidée et aspirée.  Ensuite, il est indispensable de préparer la surface à traiter.  Votre parqueteur répare les éventuelles fissures présentes sur la surface du parquet. Les trous et les fissures sont bouchés à l’aide d’un mastic spécifique ou de la pâte à bois. Les espaces entre les lames sont comblés avec des flipots collés à l’aide d’une colle vinylique. Dans le cas où une lame est trop abîmée, elle est retirée et remplacée par une neuve.

  • Ponçage

Le ponçage du parquet permet d’obtenir un sol lisse et disposant d’une parfaite planéité. La Maison Carpentier réalise le ponçage à 3 grains de votre parquet. Votre parqueteur utilise un abrasif à gros grains et à moyens grains. L’opération se conclut avec un affinage au grain fin. Pour poncer les endroits difficiles d’accès d’une pièce, votre professionnel a recours à une bordureuse.

  • Finitions

Après le ponçage du parquet, la pièce doit être aspirée avant d’appliquer une finition. Il est possible de choisir parmi plusieurs types de finitions.

Vitrification : Cette finition consiste à l’application de vernis ou de vitrificateur au rouleau sur le parquet après ponçage de la surface. Après vitrification, le parquet est protégé des salissures, des chocs et des rayures.

Huilage : La finition à l’huile permet au bois du parquet de conserver son aspect naturel. Le parquet huilé est résistant aux différentes agressions et présente une grande facilité d’entretien.

Cirage : La cire est une finition esthétique et particulièrement résistante. 2 à 3 couches sont nécessaires pour un rendu satisfaisant.

Dans le cadre de la rénovation de votre parquet vieilli ou abimé, la Maison Carpentier vous propose un travail de qualité exécuté dans les meilleurs délais.

 

 

Choisir la teinte du parquet après le ponçage

Dans le cadre d’une rénovation de parquet, il convient de teinter le revêtement après l’étape du ponçage. La teinte que vous aurez choisie viendra déterminer le style et l’ambiance de la pièce. Une teinte de couleur claire viendra agrandir la pièce et adoucir l’atmosphère. Des tons plus sombres sont adaptés pour un effet feutré cocooning. Il est possible de marier la teinte du parquet aux coloris des meubles et objets déco. La teinte valorise l’aspect du parquet rénové avant l’application de la finition.

Rénover un parquet ancien : quelle finition choisir ?

Rénover un parquet très abimé c’est également choisir une finition adaptée.

  • La vitrification

La vitrification consiste à appliquer un film transparent sur la surface du parquet pour le protéger de l’usure et des agressions du quotidien (tâches, rayures, impacts…). Le vitrificateur pour parquet est assimilable au vernis, il est possible d’avoir un fini mât, brillant, satiné, laqué ou même métallisé après la vitrification. Ce type de finition s’adapte à toutes les essences de bois.

  • L’huile

L’huile est une finition qui redonne au bois du parquet son aspect naturel. En pénétrant dans le bois, l’huile apporte au parquet toute la protection dont il a besoin. Il est ainsi insensible à la poussière, aux tâches et aux rayures. Pour ajouter une touche esthétique à votre revêtement, les huiles de parquet sont disponibles en plusieurs teintes.

  • La cire

Finition très tendance, la cire offre un aspect authentique à un parquet. La cire est un produit naturel nourrissant qui protège le parquet.

En passant par votre parqueteur, vous saurez comment rénover un parquet ancien et quelle finition appliquer en fonction de votre type de parquet.

Quel matériel utiliser pour rénover un parquet ancien ?

Un équipement  de qualité est indispensable pour la rénovation d’un parquet ancien ou abimé. Pour l’étape du ponçage, l’utilisation d’une ponceuse à bandes est nécessaire, cet outil d’une grande puissance permet de polir rapidement la surface du parquet. Une bordureuse permet de poncer les endroits difficiles à atteindre. Différentes bandes abrasives sont nécessaires pour réaliser chaque étape du ponçage. En fonction de la finition choisie, il faut un rouleau, une brosse à poils courts ou un pinceau. Votre parqueteur dispose d’un matériel moderne et efficace pour vous garantir un rendu optimal à l’issue de votre rénovation parquet.

 

Plancher ancien

L’installation d’un plancher ancien dans un intérieur lui confère une touche d’originalité et d’esthétisme, il est également d’une grande robustesse. Il peut avoir plusieurs types de finitions : brut, huilé ou ciré. Comparé au parquet ancien, le plancher ancien possède des lames plus épaisses, elles varient entre 15 et 25 cm. Dans le cadre de travaux de construction ou de rénovation, le plancher ancien nécessite d’être rénové. Cette rénovation nécessite un ponçage du bois et une réparation des lames abimées.

           Matériaux d’un plancher ancien

Les planchers en bois anciens sont conçus avec plusieurs types d’essence de bois :

  • Plancher chêne

Ce plancher est particulièrement robuste et résistant à l’humidité et aux autres agressions extérieures.

  • Plancher sapin

Le plancher en sapin est résistant à l’usure et aux différents impacts.

  • Plancher en châtaigner

Le vieux plancher en châtaigner est dur, résistant au pourrissement et aux attaques d’insectes.

           Plancher ancien : différentes finitions

Il est possible de choisir parmi 3 types de finitions

  • Brut

Après le ponçage, le plancher ancien est laissé dans son état d’origine, pour donner un décor rustique et authentique à une pièce.

  • Ciré

Le plancher ancien ciré est protégé des chocs et des rayures, il a l’avantage de se patiner et de s’embellir avec le temps.

  • Huilé

Cette finition permet au vieux plancher de préserver son aspect brut en le protégeant des tâches, des rayures et de l’attaque des insectes xylophages.

           Types de pose d’un plancher ancien

Le type de pose d’un plancher ancien est déterminé selon la longueur des lames     . La pose à l’anglaise est la plus fréquente, les lames sont posées en parallèles. La pose en point de Hongrie est de plus en plus répandue, les lames sont coupées en bout et assemblées suivant un angle entre 45° et 60°. Le plancher Chantilly est composé de lames courtes sous forme de panneaux entremêlées entre elles. Le plancher Versailles se caractérisent par des lames en diagonales entremêlées et dont la longueur ne dépasse pas les 120cm.