Les classes d’usages pour choisir son parquet

Le parquet est un revêtement de sol à la fois facile d’entretien, durable et esthétique. Au-delà de son design, nombreux sont les critères à prendre en compte pour bien choisir un parquet. Il existe plusieurs types de parquet, classifiés en différentes catégories selon l’essence de bois utilisée. Le choix d’un parquet doit se faire selon sa destination ainsi que l’intensité du trafic.

Parquet et classes d’usages

La classe d’usage d’un parquet renseigne sur la dureté du bois, ainsi que de son épaisseur. Ce classement définit un niveau de résistance pour chaque épaisseur de parquet et détermine le type de parquet à privilégier en fonction de la destination de la pièce.  Un parquet de classe 21 convient à un usage domestique modéré comme une chambre. Un parquet de classe 22 est adapté à un usage domestique normal comme le bureau. La classe 23 est à l’image d’un usage domestique élevé ou une zone de passage comme les couloirs ou l’entrée. Les classes 31, 32, et 33 font référence à un usage commercial pour un usage modéré, normal et élevé. Les classes 41, 42 et 43 sont relatives à un usage industriel.

Le classement UPEC est une classification française sur la résistance d’un parquet basée sur 4 paramètres : (U) pour Usage, (P) pour le poinçonnement par mobilier statique, (E) pour la tenue à l’eau et le (C) pour la tenue aux agents chimiques. Suivies de chiffres croissants, les lettres UPEC correspondent à des niveaux de résistance croissante, par exemple U3 P2 E3 C1. Ainsi, plus le chiffre est élevé, plus le comportement aux critères correspondants est bon.

Différentes catégories d’essences de bois

Choisir un bon parquet c’est également s’intéresser à sa classe de dureté, allant de A à D.

La classe A fait référence aux bois les plus tendres comme l’épicéa, l’aulne, le sapin ou le pin. Ils sont exclusivement utilisés en intérieur, à l’abri des intempéries.

La classe B réunit des bois  mi-durs tels que le merisier, le teck, le bouleau ou le noyer. Ils peuvent être utilisés en intérieur qu’en extérieur, à condition d’être placés sous abri à l’image des charpentes ou d’autres éléments de toiture.

La classe C coïncide avec les bois durs comme le hêtre, le frêne, l’érable, l’orme et le chêne. Ils résistent à des conditions climatiques extérieures entre des périodes très sèches et des taux d’humidité élevés. Ces catégories de bois font office de revêtements extérieurs.

La classe D englobe tous les bois très durs à l’image du wengé ou du merbau. Ces types de bois proposent des propriétés qui leurs permettent de résister aux conditions extérieures définies par une très forte humidité, mais également au contact du sol, même s’ils sont, en partie, immergés.

En savoir plus sur les parquets :

Les parquets